Coppelion (コッペリオン) du studio GoHands est l'adaptation en anime du manga du même nom débuté en 2008. Il a été diffusé au dernier trimestre 2013 au Japon et comporte 13 épisodes.

L'histoire se déroule dans un Tokyo post-apocalyptique en 2036. 20 ans auparavant la centrale nucléaire d'Odaiba entra en fusion, ce qui poussa le gouvernement à évacuer la ville. À cause du niveau de radioactivité Tokyo n'est plus qu'une ville fantôme et le gouvernement a interdit son accès. Néanmoins un signal de détresse venant de la ville est reçu. Le JSDF envoie alors trois adolescentes de l'unité Coppelion afin de secourir les survivants, qui grâce à des modifications génétiques sont résistantes aux radiations.

Nous suivons donc l'arrivée d'Ibara, Taeko et Aoi dans Tokyo. Après avoir sauvé un homme elles s'enfoncent un peu plus dans le cœur de la ville en ruine et feront de nombreuses rencontres en tout genre.
Globalement l'histoire et le scénario sont cohérents du point de vue de la science-fiction, même si certaines choses restent plus du domaine de la fantaisie. Le tout reste viable grâce a une absence de sur-justification comme c'est souvent le cas dans ce genre d'œuvre, toutefois cette absence d'explications ne compromet en rien la compréhension de l'anime.

Plusieurs thèmes intéressants sont abordés, mais seulement abordés, et c'est mon reproche principal concernant Coppelion. Il aurait été intéressant de les creuser un peu plus, notamment celui de l'identité en tant que clone humain, qui pourtant est récurrent. Autre thème trop vaguement évoqué, celui de l'erreur humaine concernant la catastrophe.

Dans l'ensemble les personnages sont attachants, hormis Aoi et son manque de maturité qui en font un personnage assez pénible. Leur progression tout au long de l'histoire est visible malgré là aussi un manque de développement de chacun.

Pour ce qui est du déroulement celui-ci est assez efficace et ne laisse pas place à l'ennui. L'anime est dynamique et régulièrement ponctué d'action, même si certaines scènes sont assez stéréotypées on ne se lasse néanmoins pas.

Visuellement c'est vraiment bien réalisé et très plaisant à l'œil, Les personnages sont détourés d'un épais contour noir et le ton général des dessins est composé d'un dominance bleue-verte qui donne à Coppelion une identité qui lui est propre. La version post-apocalyptique de Tokyo est en plus franchement bien dépeinte.

Pour ce qui est de la musique par contre rien de transcendant, elle se mélange plutôt bien à l'anime mais est très vite oubliée, hormis le thème d'introduction que j'ai trouvé plutôt sympas.

Pour conclure j'encourage fortement à regarder cet anime qui malgré ses défauts mérite franchement plus d'attention qu'il n'a eu jusqu'à présent. Une seconde saison serait la bienvenue.