Pas de SF ni de truc noir mais un drame/romance se déroulant dans un univers fantastique, pour changer un peu. Nagi no Asukara (凪のあすから) est donc un anime de 26 épisodes débuté fin 2013 produit par le studio P.A. Works, qui malgré son jeune âge possède déjà une filmographie impressionnante (True Tears, Canaan, Angel Beats!, Hanasaku Iroha, Another, Tari Tari).

L’histoire se déroule dans un monde fantastique, à l’origine les humains vivaient sous l’eau mais certains d’entre eux décidèrent d’aller vivre à la surface et perdirent leur capacités amphibies, aujourd’hui les deux populations ne s’entendent guerre et s’évitent au maximum. Nous suivons Chisaki, Kaname, Hikari et Manaka tous quatre amis d’enfance qui se retrouvent obligés d’aller au collège à la surface. La différence culturelle leur vaudra des brimades de la part de certains, toutefois ils sympathiseront avec Tsumugu un fils de pêcheur, et ensemble ils se battront contre ces préjugés afin de montrer aux anciens que ceux-ci sont dépassés et n’ont plus lieu d’être.
P.A. Works a fait un boulot incroyable pour donner vie à cet univers et le rendre crédible, les décors ainsi que la coloration et la luminosité (dont le studio a le secret) nous immergent pleinement dans l’anime.

Shioshishio - Le village sous marin
Shioshishio - Le village sous marin

NagiAsu se scinde clairement en deux parties et abordent plusieurs thèmes. La première partie nous plonge dans cet univers maritime si particulier et met en exergue les différences et préjugés qui existent entre les deux cultures.
Le thème des familles recomposées est également très habilement abordé au travers de la grande sœur d’Hikari et offre des moments remplis d’émotion.
La transition entre les deux parties est nette, cinq années se sont écoulées et le climat a considérablement changé, tout s’est refroidi, la mer est gelée et les choses semblent s’empirer. Ce qui ne sera pas sans rappeler notre propre réchauffement climatique.

Akari & Miuna
Akari & Miuna

Mais le thème principal de la série c’est avant tout la découverte de l’amour et des premiers sentiments et comment cela affecte les relations et décisions de chacun. En dépit d’une certaine naïveté concernant quelques personnages et quelques propos on ne s’ennuit néamoins pas, les rebondissements arrivent au moment opportun et entretiennent l’intérêt du spectateur. Aussi on pourra regretter que toutes les situations se dénouent en même temps à la fin de l’anime et non tout ou long de celui-ci.

P.A. Works fait parti de mes studios d’animation favoris, et pour cause, hormis une animation toujours impeccable et visuellement plaisante c’est surtout l’un des rares studio à accorder autant d’importance aux personnages à leur histoire et leurs sentiments. Nagi no Asukara ne fait pas exception et nous plonge dans un univers d’une rare beauté.